Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du LAB'
  • Le blog du LAB'
  • : Laboratoire d'Actions pour Bezons (LAB'). Groupe de réflexion et d’action pour une ville toujours dynamique,solidaire et ouverte sur le monde
  • Contact

Recherche

17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 17:11
Un homme d'amour, de tendresse pour les rejetés de la société n'est plus : au revoir Jean Vautrin

Écrivain, scénariste, cinéaste, Jean Vautrin est mort ce mardi 16 juin. Tout au long d’un parcours exceptionnel, il a livré une œuvre passionnée, riche et populaire.

« J'ai eu l'immense bonheur de rencontrer Jean Vautrin plusieurs fois, notamment à Bezons, dans le cadre d'une exposition sur la banlieue avec Jean Teulé, Demouzon, Jacques Réda et puis une rencontre pour le journal l'Humanité (1) qui fut un moment, je crois, de bonheur partagé, de confiance dans l'humain, de révoltes contre le racisme, l'extrême droite.

Jean Vautrin était un touche-à-tout talentueux. Il démarra au cinéma, tourna avec les meilleurs. Comme l’écrit Roger Martelli « Il aurait pu être un grand de la pellicule. Au bout du compte, lui qui adapta à l’écran Raymond Queneau déploya tout son talent dans l’écriture. Il fut et resta un scénariste prolixe pour Georges Lautner, Claude Pinoteau, Jacques Deray, Yves Boisset ou Gilles Béhat. Mais il préféra avant tout suivre les traces d’Alexandre Dumas et d’Eugène Sue. La nouvelle et le roman policier n’avaient pas de secret pour lui. On connaissait un peu Herman le cinéaste. On ne cessa de reconnaître Vautrin l’écrivain. Billy Ze-Kick le projeta sur le devant de la scène. Il ne le quitta plus.

Il est de ceux qui ont donné leur lettre de noblesse au roman populaire contemporain. Il a poursuivi la veine du roman-feuilleton, un peu oublié après les grandes sagas radiophoniques et loufoques de Pierre Dac. Qui avait commencé, en 1987, à arpenter les rues du Berlin de l’entre-deux-guerres avec Boro, reporter photographe, ne pouvait que l’accompagner, séducteur avec canne, à Paris, en Espagne et jusqu’en Palestine, traquant sans relâche la peste brune, avec élégance, distance et sans jamais perdre l’espoir. »

On le sait moins mais Jean avait filmé l'explosion de la bombe atomique française et il ne put oublier ce moment « J'ai vu sauter la bombe. Tu ne peux pas imaginer que cela puisse arriver, c'est tellement radical. Cette mort là n'est pas pensable, tout serait vitrifié...il n'y a plus rien, tout a disparu. C'est une image que je refuse complètement ».


Jean Vautrin se trouva souvent aux côtés des gens qui refusaient les guerres, et aussi ce qui se rapporte au racisme. Il habitait du côté de Dreux quand Stirbois fut élu. Le constat fut terrible, on était en 1985 : « L'irruption de LePen n'est pas un hasard....Il arrive à faire son baratin en récupérant « le bon sens français » dans ce qu'il a de plus bas. Cela lui permet d'avoir un discours social. Il se nourrit de la crise. »


En 2015 la crise continue d'alimenter, de diviser...


Après Fajardie, Jonquet, Jean Vautrin nous a quitté ...Arnaud Spire avait mis comme titre à cet article : Jean Vautrin, sensible comme un sismographe...c'était un magnifique hommage.


Kevin Alan


(1) Humanité du 17 juin 195

Partager cet article

Repost 0
Published by le LAB' - Laboratoire d'Actions pour Bezons
commenter cet article

commentaires