Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du LAB'
  • Le blog du LAB'
  • : Laboratoire d'Actions pour Bezons (LAB'). Groupe de réflexion et d’action pour une ville toujours dynamique,solidaire et ouverte sur le monde
  • Contact

Recherche

16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 16:04
Mardi du L.A.B.' avec Gérard Filoche.

Merci à Ahmed et à la Gauche pour tous pour les photos et le compte-rendu.

Code du travail : patronat et gouvernement liquident les droits des salariés

Le 4 novembre dernier, 1er ministre et Myriam El Khomi, ministre du « non-emploi » présentaient le projet de réforme du code du travail. Présentée comme nécessaire, cette réforme s’appuie sur une prétendue complexité du code du travail. Invité du LAB, mardi 15 décembre, Gérard Filoche, ancien inspecteur du travail, syndicaliste, auteur de nombreux ouvrages sur les droits des salariés, a démontré l’importance de cet outil pour le monde des salariés et les véritables intentions du trio infernal Valls-Macron-Gattaz.

« Ça fait un siècle qu’on adapte les entreprises au droit du travail. La contre-révolution que nous annoncent Valls et Macron, c’est que maintenant on va l’adapter aux entreprises, c’est-à-dire le contraire de ce qu’on a fait pendant un siècle en France, précise G.Filoche, qui poursuit, Le droit du travail, c’est un droit de l’Homme. La qualité d’un code du travail, c’est l’indice qui permet de mesurer le degré de civilisation. Valls a dit : « Ce ne sera pas une réformette, ce sera une révolution. » Non, non, non. Ce sera une contre-révolution. Il s’agit, dans les intentions qui sont aujourd’hui affichées, de casser ce que le mouvement socialiste a fait pendant un siècle ».

On caricature le Code du travail

Et pour cela qui mieux que Pujadas, soubrette de Marine Le Pen et manipulateur professionnel. Sur France 2, il prend sa tête de circonstance pour présenter à l’antenne le Code du travail et justifié de sa réforme à cause de… son poids ! « Ce code pèse 1,5Kg et compte des milliers de pages et les salariés ne savent pas ce qu’il contient ». Cela devrait faire honte au métier de journaliste ! Pour Gérard FILOCHE : «Pujadas est un falsificateur. Le code du travail c’est 675 pages de loi et 3 500 pages de commentaires. Le présenter comme ça, c’est comme si vous présentiez Sagan amendé par Proust. Le code du travail est en fait le plus petit de nos codes et il est lisible pour ceux qui veulent le lire ! Tout ceci c’est de la manipulation et un geste de mépris pour les 18 millions de salariés. Le code du travail ce sont les acquis de cent ans de luttes, de larmes, de sueur, de sang. ». La construction du Code du travail en France est issue d’un siècle entier de grèves et de négociations. Les lois et les conventions internationales concernant les durées légales, le smic, les conditions de travail, les institutions représentatives du personnel, la santé, l’hygiène, la sécurité, et les droits attachés aux licenciements sont le fruit des combats passés. Il en est de même de la construction du statut de la fonction publique.

Mardi soir, jamais les locaux du LAB n’étaient apparus si petits. Pour ces 2 heures de débat instructif et passionnant, les participants se sont serrés. Certains ont même du s’asseoir parterre.

Une réforme, pour faire quoi ?

Alors quel est alors l’intérêt de cette réforme ? Le gouvernement évoque sa volonté de « refonder le modèle social. Mais c’’est du baratin. L’objectif de cette réforme tient en une phrase de François Hollande : « Il faut adapter le droit du travail aux entreprises ». Depuis plus d’un siècle, militants syndicalistes et associatifs se battent pour le contraire : adapter les entreprises au respect du droit humain. Le droit du travail c’est le droit des humains. Mais aujourd’hui c’est la finance qui dirige. Pierre Gattaz, président du Medef , a été très clair : « le code du travail c’est l’ennemi numéro 1″, on veut se débarrasser de l’ennemi numéro 1. »

La réforme du Code du travail s’est un flingue sur la tempe de tous les salariés

Grâce au Code du travail, la loi s’impose sur les accords d’entreprises. Cela ne doit pas être remis en question mais ce que l’on peut craindre, c’est du chantage au licenciement. « Signez pour les 39, 40 ou 42 heures, signez pour le non paiements des heures supplémentaires, signez pour le travail de nuit du dimanche… signez, sinon je licencie ! ». La réforme du Code du travail s’est mettre un flingue signé « pôle emploi » sur la tempe de tous les salariés. Et au lieu de le réformer, notre gouvernement de « gôche » devrait plutôt le renforcer et non l’affaiblir. « Je peux leur donner dix mesures pour mieux protéger les salariés et les petits patrons – réduire la durée légale du travail, empêcher la précarité, établir un nouveau contrôle sur les licenciements, réguler la sous-traitance… – Ces dix points avaient été pris en compte dans le projet socialiste en 2011, il était écrit qu’on allait reconstruire le code du travail pas le démolir. »

CQFD : Ce Code Qu’il Faut Défendre

Les réformes du code du travail envisagées par le gouvernement sont une nouvelle attaque contre les droits des salariés, chèrement conquises. Elles s’inscrivent dans la ligne du rapport Combrexelle. Nous ne pouvons laisser faire ! Nous n’allons pas laisser faire ! A l’initiative de la Fondation Copernic et de syndicalistes du ministère du travail, est paru un appel invitant à une vaste campagne unitaire.

D’ores et déjà signé par 300 cents sociologues, économistes, juristes, féministes, philosophes, des organisations syndicales, des responsables de partis politiques, ce mouvement dénommé CQFD : Ce Code Qu’il Faut Défendre, s’élargit un peu plus chaque jour. « Et plutôt que de mêler sa voix à celles de ceux qui considèrent que les conquêtes sociales sont la cause du chômage de masse, Robert Badinter (chargé par le gouvernement de pondre la réforme du code du travail) eut mieux fait de se prononcer contre la peine de mort infligée au code du travail par le tribunal libéral présidé par Gattaz, Valls et Macron », précise encore Gérard Filloche.

Notre association appelle au rassemblement

Bezons la Gauche Pour Tous appelle donc à faire campagne contre les projets annoncés par le gouvernement, visant à réduire et à subordonner les droits des salariés aux exigences des entreprises. Nous appelons à expliquer, à mobiliser, à empêcher par toutes actions utiles, que le patronat et le gouvernement liquident le Code du travail. Notre association appelle au rassemblement de toutes les forces politiques, syndicales et associatives progressistes de Bezons pour faire grandir dans l’unité la mobilisation contre la casse du Code du travail. NON le patronat et le gouvernement socialiste ne liquideront pas un siècle de combats et de conquêtes sociaux !

Mardi du L.A.B.' avec Gérard Filoche.
Mardi du L.A.B.' avec Gérard Filoche.

Partager cet article

Repost 0
Published by le LAB' - Laboratoire d'Actions pour Bezons
commenter cet article

commentaires