Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du LAB'
  • Le blog du LAB'
  • : Laboratoire d'Actions pour Bezons (LAB'). Groupe de réflexion et d’action pour une ville toujours dynamique,solidaire et ouverte sur le monde
  • Contact

Recherche

24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 13:58

 

 



Villeneuve-sur-Lot: le FN défait, mais le danger progresse (analyse)



Si le candidat UMP a remporté, hier soir, le second tour de la législative partielle dans la 3e circonscription du Lot-et-Garonne face au FN, ce dernier a obtenu un score très élevé, reflétant le malaise et le désarroi qui gagnent l’électorat, un après l’accession au pouvoir de François Hollande. Récit et analyse.

Le duel qui opposait l’UMP au FN, hier soir, dans l’ancien fief de Jérôme Cahuzac, s’est soldé par une victoire finalement assez serrée du premier, avec 53,8 % des voix (voir le détail des résultats ci-dessous et le rappel des scrutins précédents). Le siège de député était à pourvoir dans la 3e circonscription du Lot-et-Garonne à la suite de la démission de Jérôme Cahuzac, redevenu simple parlementaire après son départ forcé du gouvernement et ses aveux concernant ses avoirs cachés à Singapour. Le candidat FN, Étienne Bousquet-Cassagne, a, lui, récolté 46,2 % des voix. Il était arrivé en deuxième position au premier tour (26 %), derrière celui de l’UMP, le maire de Fumel, Jean-Louis Costes (28,7 %), éliminant sèchement le candidat du PS, Bernard Barral (23,7 %), sur fond d’abstention massive (54,1 % contre 35,8 % en juin 2012). Les socialistes avaient ainsi vu leur score divisé par deux (46,9 % en 2012) et leur nombre de voix, en un an, par trois.

  • Le FN gagne 20 points et 7 000 voix

Entre les deux tours, le FN a donc gagné plus de 20 points, et engrangé plus de 7 000 voix (15 600 contre 8 500), dans un contexte de participation en hausse (52,5 %) même si elle reste faible en comparaison du second tour de 2012 (62,7 %).

À 18 h 30, moins d’une demi-heure après la fermeture des bureaux de vote, le candidat UMP dominait pourtant largement, avec 49 % des voix, selon un décompte partiel des premiers bulletins sortis des urnes dans le seul bureau de la mairie de Villeneuve-sur-Lot, contre 31 % environ à son adversaire FN, auxquels s’ajoutaient quelque 20 % de bulletins blancs et nuls. L’écart s’est néanmoins rapidement resserré. À 19 heures, des sources indiquaient un score de 51,5 % pour l’UMP, contre 48,5 % au FN dans la moitié des 167 bureaux que comprend la circonscription. Sur i-télé, à la même heure, on annonçait un léger avantage pour le candidat UMP, tout en indiquant que les résultats pouvaient encore s’inverser. C’est finalement vers 20 heures que l’écart constaté entre les deux candidats ne semblait plus en mesure d’être comblé.

 

  • Sursaut d’entre-deux tours

Le sursaut espéré d’une majorité de l’électorat pour barrer la route au FN qui menaçait de l’emporter a donc bien eu lieu, mobilisant une part plus importante de l’électorat qu’au premier tour, toutes les forces démocratiques ayant appelé, sous des formes diverses, à ne pas donner de voix au FN. Mais si celles-ci ont pu pousser un ouf de soulagement de voir écartée la catastrophe qu’aurait constituée le gain de la circonscription par un représentant de l’extrême droite, le score très élevé obtenu par ce dernier confirme que la stratégie de « dé diabolisation » du FN menée par sa présidente porte ses fruits, en séduisant une part croissante d’un électorat déboussolé. Surtout, le candidat du FN a fait la démonstration qu’en accédant au second tour, il était en capacité de rassembler bien plus de suffrages que son électorat de premier tour, et même qu’en 2012 (8 000 voix de plus qu’au premier tour il y a un an). Un score qui sera apprécié comme tel dans les états-majors lepénistes, Bousquet-Cassagne évoquant hier une « défaite au goût de victoire ».

Ce résultat intervient ainsi trois mois après le second tour de la législative partielle dans la 2e circonscription de l’Oise qui avait fait figure de tremblement de terre, le FN ayant récolté 48,6 % des suffrages face au député UMP sortant, Jean-François Mancel. Si le scrutin de Villeneuve-sur-Lot était évidemment marqué par un contexte particulier lié à l’affaire Cahuzac, qui a pu alimenter un sentiment de dégoût et de rejet au détriment des forces démocratiques et singulièrement des candidats de gauche dans leur diversité, cela n’est venu qu’ajouter au sentiment d’injustice et de déception mesuré par toutes les enquêtes de popularité depuis un an vis-à-vis de la politique d’austérité gouvernementale.

 

 

fascisme

 

 

  • Le « front républicain » bat de l’aile

Face à ce désarroi, la stratégie de « front républicain » pour faire barrage au FN a du plomb dans l’aile. Outre les quelques accrocs connus dans l’entre-deux tours, avec les déclarations de responsables socialistes locaux s’estimant « déliés » de la consigne de vote de leur parti, celle-ci ne paraît plus en mesure de contenir durablement le FN si la politique décidée en haut lieu continue à ignorer l’exaspération qui monte chez ceux qui ont cru au changement en mai 2012. S’il est encore trop tôt pour mesurer les parts respectives d’adhésion aux idées du FN  ou d’exaspération des électeurs face aux « affaires » comme les reports de voix des différents électorats entre les deux tours, on aurait tort de réduire le message sorti des urnes hier à un scrutin isolé, dépourvu de signification nationale, après huit défaites consécutives dans autant de législatives partielles depuis un an pour le pouvoir en place.

S. C. 

 

Résultats second tour. Abst. 47,5 %. Costes (UMP), 53,8 % ; Bousquet-Cassagne (FN), 46,2 %.

 

Rappel 1er tour. Abst. 54,1 %. Costes (UMP), 28,7 % ; Bousquet-Cassagne (FN), 26 % ; Barral (PS), 23,7 % ; Loiseau (Front de gauche), 5,1 % ; Carpentier (divers), 3,3 % ; Feuillas (EELV), 2,8 % ; Kichi (Modem), 2,3 % ; Frison-Roche (div. droite), 2,3 % ; Lebreton (div.), 1,7 % ; Raphaël-Leygues (div. droite), 1,4 % ; Garay (NPA), 1,1 % ; Asselineau (div.), 0,6 % ; Miguet (div. droite), 0,4 % ; Levieux (div.), 0,2 % ; Geyres (div.), 0,2 % ; Garcia-Luna (div.), 0,2 %. 

 

Rappel second tour juin 2012. Abst. 37,3 %. Cahuzac (PS), 61,5 % ; Costes (UMP), 38,5%.

 

Rappel premier tour juin 2012. Abst. 35,8 %. Cahuzac (PS), 46,9 % ; Costes (div. droite), 27 % ; Martin (FN), 15,7 % ; Loiseau (Front de gauche), 4,5 %; Feuillas (EELV), 2 % ; Lebreton (div.), 1,2 % ; Morel (div. droite), 1,1 % ; Tichane (div. écolo), 0,6 % ; Chevillotte (NPA), 0,6 % ; El Marbati (LO), 0,3 %.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by le LAB' - Laboratoire d'Actions pour Bezons
commenter cet article

commentaires