Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du LAB'
  • Le blog du LAB'
  • : Laboratoire d'Actions pour Bezons (LAB'). Groupe de réflexion et d’action pour une ville toujours dynamique,solidaire et ouverte sur le monde
  • Contact

Recherche

3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 10:34

UNITÉ SGP POLICE

Dans « Libération » du 2 avril, par YANNICK DANIO Délégué national du syndicat Unité SGP Police

 

Au cours des dernières années, la police nationale s’est progressivement éloignée des citoyens, le lien de confiance établi patiemment s’est lentement disloqué. Si les méfaits de la réduction des effectifs en sont la cause essentielle, la politique du chiffre et une politique globale réorientée sur le tout répressif ont contribué à creuser un véritable fossé entre policiers et citoyens.

Les premières victimes sont indiscutablement les populations concentrées au coeur des zones sensibles, abandonnées à leur environnement hostile, en proie à la misère sociale et aux conséquences des économies souterraines. Les policiers souffrent également de ce constat, constamment sur le qui-vive lors de leurs interventions commandées la plupart du temps par l’urgence. Là où il faudrait rassurer les plus fragiles, les plus faibles, la police a presque disparu. Dans les centres villes, les policiers incarnent la mission de verbalisation, parfois outrancière et au final toujours caricaturée.

A l’approche d’échéances politiques majeures, la sécurité n’est d’ailleurs plus au centre du débat national. Elle demeure pourtant une préoccupation quotidienne. La sécurité intérieure a un coût que les responsables politiques ne semblent plus vouloir assumer. Certains le disent ouvertement et prônent le développement des polices privées qui creusera les inégalités entre les territoires.

D’autres se contentent de développer des «mécanos» incertains et s’engagent, au mieux, à interrompre la baisse des effectifs. La crise économique emporte tout sur son passage au point de nier l’évidence. La sécurité intérieure a besoin d’une véritable politique de proximité et de moyens conséquents pour l’entreprendre. Le policier doit avoir le temps de dialoguer avec les citoyens, de sécuriser par sa présence, et d’agir en prenant des initiatives sur le terrain. Rien ne remplacera le contact, la prise en compte du territoire et de ses particularités, ce qui n’exclue pas, au contraire, de réprimer de manière avisée.

Tout est quasiment à refaire, et nous ne traduisons que le début du commencement qui pourrait favoriser le rétablissement de la tranquillité publique. Car, à elle seule, la police nationale ne peut rien.

 

 


Repost 0
Published by le LAB' - Laboratoire d'Actions pour Bezons - dans Sécurité
commenter cet article
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 15:21

Rendez-vous le samedi 10 décembre 

10H00 Rassemblement devant le commissariat

10H45 Rencontre-débat avec les élus, salle du service retraités - résidence Christophe Colomb.


 

police 111210n1

 

police 111210n2

 

police 111210n3

Repost 0
Published by le LAB' - Laboratoire d'Actions pour Bezons - dans Sécurité
commenter cet article
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 14:03

Article paru dans le PARISIEN, AURELIE FOULON | Publié le 06.04.2011:

Bezons à la recherche de ses policiers disparus

Campagne de communication, saisie de la Halde pour discrimination territoriale: Bezons se mobilise pour dénoncer la baisse de moitié en 20 ans des effectifs de police dans sa ville.

 

police bezons 110406

Dominique Lesparre, maire PCF de Bezons, lance une campagne dénonçant la baisse des effectifs de police dans sa ville

 

 

Une silhouette de policier et un énorme point d’interrogation sur fond rouge, accompagnés d’une question : « Où sont passés nos policiers? » L’affiche visible un peu partout dans les rues de Bezons rappelle le Cluedo, ce jeu de société dont l’objectif est de retrouver l’auteur, le mobile et l’arme d’un crime.

 

Avec cette vaste campagne de communication, la municipalité veut marquer les esprits et mobiliser la population pour dénoncer « le désengagement de l’Etat ». « Ces dix dernières années, 32 postes de policiers ont été supprimés, soit presque la moitié des effectifs présents dans les années 1990 », explique le maire communiste, Dominique Lesparre, qui s’en est ému dans un courrier au président de la République.

 

A l’Elysée, on ne fait pas les mêmes calculs. Entre le 1er janvier 2005 et le 1er août 2010, les effectifs de police du Val-d’Oise ont augmenté, selon le cabinet de , de « 146 fonctionnaires et adjoints de sécurité ». Et pour Bezons, la « dotation en personnel s’est accrue de 3 fonctionnaires pendant que le nombre d’adjoints de sécurité diminuait de 2 ». « Il est donc inexact d’affirmer que les effectifs de la police nationale diminuent sur votre territoire », conclut l’entourage du chef de l’Etat.

 

Pas satisfait de ces réponses, le maire a décidé de passer la vitesse supérieure. « Bezons, ce n’est pas Chicago, concède-t-il. Mais nous voyons bien que l’insécurité gagne partout du terrain. » Pour matérialiser la disparition des fonctionnaires, la ville a fait fabriquer des silhouettes de policiers qu’elle vient d’installer là où les habitants avaient l’habitude de voir les forces de l’ordre avec un message : « Ici, la police assurait… la circulation, la sécurité à la sortie de l’école, la tranquillité du quartier. » Et pour qu’elles soient visibles de tous, d’autres silhouettes accompagneront les élus comme leur ombre lors de chaque initiative publique.

 

Dominique Lesparre demande aussi l’intervention de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations (Halde). « Une première pour ce type de question », affirme-t-il. Convaincu que les effectifs de police de sa ville ont été divisés par deux, il estime, en effet, que sa commune fait l’objet de « discrimination territoriale » puisque le ministre de l’Intérieur a affirmé devant la commission des Lois qu’il « y a aujourd’hui 243000 policiers et gendarmes en France, soit 4301 de plus qu’il y a dix ans ». Le maire de Bezons s’appuie aussi sur les propos d’un conseiller à la Cour des comptes selon lequel « la répartition des effectifs est sujette à une inégalité spatiale; elle obéit à des lois totalement mystérieuses ». « Parce que je considère ma commune discriminée, je vous demande de statuer dans l’intérêt des Bezonnais », conclut l’élu PC dans son courrier à la Halde.

Repost 0
Published by le LAB' - Laboratoire d'Actions pour Bezons - dans Sécurité
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 16:23

 

justys 

Comme le dit le proverbe chinois,

 

« le sage montre du doigt la lune et le sot regarde le doigt. »


 

 

La loi LOPPSI 2 dite loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure vient d’être adoptée le 8 février par le Parlement.

 

Il est important de rappeler qu’il s’agit là de la 37ème loi sécuritaire adoptée en France en 7 ans, aveu et démonstration flagrante de l’échec des politiques de droite menées depuis que Nicolas SARKOZY est au affaires en tant que Ministre de l’Intérieur puis de Président de la République.

 

Cette énième loi est un texte fourre-tout qui traite notamment de la cybercriminalité, de la pédopornographie, du contrôle Internet, de l’insécurité routière, de la vidéosurveillance qui est devenue la vidéoprotection, mais aussi des vendeurs à la sauvette, des présumés coupables qui s’ils ont beaucoup de chances resteront des présumés innocents, de l’extension des fichiers STIC et JUDEX pourtant réputés pour leur manque de fiabilité et leurs erreurs,…

 

Emanant de l’Elysée et du Ministère de l’Intérieur, le Ministère de la Justice ayant été évincé y compris de ses domaines d’attribution, cette loi liberticide s’attaque aussi aux sans-papiers, y compris mineurs et malades, développe les cas de comparution immédiate pourtant source d’atteintes aux droits fondamentaux de la défense, facilite l’expulsion des squatters et aggrave les sanctions financières contre les associations soutenant les occupations d’immeubles laissés vacants par les spéculateurs,

 

Ainsi que s’interrogeait en 2006 le Procureur de la République, Eric de Montgolfier, dans son ouvrage intitulé le devoir de déplaire, «  on peut donc être le pays des droits de l’homme et celui qui les viole ? »

 

Cette nouvelle loi est l’expression législative du discours ultra sécuritaire prononcé par le Chef de l’Etat à  Grenoble et si certains pensent que la sécurité peut tout régler, ils doivent méditer sur le fait que d’autres lois toutes aussi inefficaces suivront car seulement fondées sur la gesticulation politique et le court terme et non pas sur une réflexion d’ensemble qui met au centre de l’action publique et de la finalité l’individu et le citoyen, victime comme coupable.

Il n’est pas question ici de tomber dans l’angélisme qui consiste à mettre sur le même plan victime et coupable, agressé et agresseur, volé et voleur, mais Sartre écrivait que «  l’enfer est pavé de bonnes intentions » et céder aux seules sirènes de la sécurité reposant sur la seule répression nous préparent tous à des lendemains douloureux et à la destruction inéluctable du socle républicain.

 

Danton écrivait en 1792 qu’ « après le pain, l’éducation est le premier besoin d’un peuple » et Victor Hugo disait qu’ « à chaque fois que l’on ouvre une école, on ferme une prison ».

 

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789 précise dans son article 6 que la loi «  doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse … », l’article 8 stipule que «  la loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires … » , l’article 9 rappelant que «  Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer de sa personne doit être sévèrement réprimé par la loi. »

 

Qu’on ne se méprennent pas, il ne s’agit pas là de permissivité mais de respect de la personne humaine et de lutte contre l’arbitraire. La Loi doit défendre le plus faible contre le plus fort, le plus petit contre le plus grand, sinon comme l’écrivait La Fontaine, «  la raison du plus fort est toujours la meilleure ». C’est pourquoi l’article 12 de la Déclaration précise que «  la garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.»

 

C’est aussi la raison pour laquelle il est dangereux de prêter foi aux discours de certains sur la nécessité de mettre en place une Police Municipale. La sécurité est l’affaire de tous mais elle est aussi et avant tout de la responsabilité de l’Etat, donc de la Police et la Gendarmerie Nationales, et non pas des collectivités territoriales. Ces discours et politiques démagogiques portent en germe une sécurité pour les riches et une autre pour les pauvres, une protection pour les villes riches et une autre moindre pour les villes pauvres, une sanctuarisation de certains quartiers et le délaissement d’autres secteurs dans les villes, … Plutôt que de se faire une fois de plus piéger et d’accepter un marché de dupes, il faut nous mobiliser pour conserver une Police Nationale et un Commissariat de plein exercice à Bezons. Les élus locaux qui ont cru aux promesses de l’Etat et qui ont mis en place une Police Municipale dans leurs villes ont vu les effectifs de la Police Nationale baisser et ont du faire de nouveaux efforts pour pallier à ce désengagement de l’Etat en gonflant leurs effectifs de police municipale qui n’ont pas les compétences et les pouvoirs de la police nationale.

 

La Police que nous voulons à Bezons est une Police Nationale, Républicaine, avec des moyens humains et matériels, une Police de proximité ou de quartier, peu importe son nom tant qu’elle est proche des citoyens et des réalités du terrain, non pas une Police de coup, qui ne fait que passer et ne règle rien.

 

Alors que l’Hyper Président a comme slogan la lutte contre l’insécurité, les effectifs des forces de l’ordre chutent de 9 000 personnes, prés de 11 000 policiers sur 146 000 ont été victimes  de blessures ou d’accidents dans l’exercice de leurs fonctions et 42 policiers se sont suicidés en 2009 ( pour mémoire, 17 agents de France Télécoms la même année).

 

Dés qu’il est en difficulté et cela arrive de plus en plus souvent dans les domaines politique, économique, social, international, … Nicolas SARKOZY remet en avant la lutte contre l’insécurité et se présente à nouveau comme l’homme providentiel auprès de nos concitoyens.

 

Si la situation n’était pas si tragique pour le pays et la grande majorité de ses habitants, nous pourrions en rire car comme l’arroseur arrosé, c’est lui qui démantèle les services publics, qui dérégule à tout va, qui s’attaque aux plus faibles et remet en cause le lien sociétal et les acquis sociaux, qui crée l’instabilité, l’insécurité, la division, le rejet de l’autre, …

 

« Notre Président-Premier Ministre-Ministre de l’Intérieur-Ministre de la Justice et Garde des Sceaux,…» a réussi un nouvel exploit en fédérant les mécontentements de toutes les professions de justice ( Magistrats du siège, du parquet, des Services d’Insertion et de Probation, de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, de l’Administration Pénitentiaire, de la Police Nationale y compris des C.R.S., de la Gendarmerie, … des Avocats, et ce tous syndicats confondus. Même la Cour de Cassation, peuplée comme chacun sait de « dangereux révolutionnaires », a fait part de son opposition à la politique spectacle et désapprouve les propos de celui qui selon la Constitution est chargé de garantir l’indépendance de la Justice. Les Français ne s’y trompent pas puisque 65 % soutiennent les Magistrats. Les moyens humains, matériels et financiers sont au cœur du problème en matière de sécurité comme en toute chose. La Justice en France est à la traîne, avec un nombre de juge et de procureur pour 100 000 habitants qui est un des plus faibles d’Europe. Notre pays se classe au 37ème rang en Europe pour le budget de la Justice ( loin derrière des pays comme la Pologne, la Macédoine, l’Albanie, …) et c’est le responsable de ces choix politiques, donc le principal coupable, qui ose montrer du doigt les présumés fautifs.

 

Le Préambule de la Constitution de 1946, dans le droit fil du programme issu du Conseil National de la Résistance, rappelle que si chacun a le devoir de travailler, il a aussi le droit d’obtenir un emploi ( alinéa 5 ) et que la Nation « garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs.»( alinéa 11 )

 

En ces temps de crise et d’échecs des politiques menées à l’échelle nationale, ce dont les Bezonnais ont besoin, ce que les Bezonnais veulent, ce n’est pas de déclamations incantatoires, de discours démagogiques prônant le tout sécuritaire et le tout répressif, ce n’est pas l’application à Bezons de ce qui a échoué au niveau national, c’est bien au contraire d’une ville toujours plus solidaire, toujours plus citoyenne, toujours plus respectueuse de toutes et de tous, avec de vrais services publics oeuvrant pour la population, et les Bezonnais ne s’y trompent pas puisqu’ils renouvellent leur confiance depuis longtemps à des élus qui certes les écoutent mais leur tiennent aussi un langage de vérité sur les questions fondamentales de société et ce pour toujours mieux vivre ensemble.

Repost 0
Published by le LAB' - Laboratoire d'Actions pour Bezons - dans Sécurité
commenter cet article
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 11:58

La sécurité ? Une affaire trop grave pour être un enjeu politicien. La droite, en échec dans tous les domaines y compris sur la sécurité, veut nous faire croire que notre société est saine et qu'elle est menacée sur ses marges. Les pauvres, les Roms, les immigrés, les jeunes des cités... La liste des boucs émissaires n'est jamais close. Mais ce diagnostic est faux!

 

Certes, notre vie quotidienne est souvent empoisonnée par des incivilités, des actes commis par des personnes en pleine dérive d'inadaptation ou d'exclusion sociale. Cette délinquance, bien visible, doit être réprimée et la prévention s'exercer plus largement.

 

Mais il existe une autre délinquance, invisible celle-là, qui ruine le pays et qui fabrique massivement de l'exclusion sociale : la criminalité financière qui, elle, n'est pas combattue. Comme le poisson qui pourrit par la tête, notre pays est victime de la collusion entre le pouvoir et les lobbies patronaux et financiers. Corruption, spéculations éhontées, népotisme, clientélisme... Oui lutter contre l'incivilité est indispensable. Encore faut-il lutter contre les deux criminalités, celle qui empoisonne la vie quotidienne et celle qui ruine le pays et la morale publique.

 

La droite se focalise sur la première, pour masquer l'impudence et l'impunité de la haute finance, responsable de la crise actuelle. Seule la gauche est potentiellement capable de lutter contre les deux criminalités. A condition de ne pas se coucher devant les puissances d'argent. Sans nier l'importance du combat contre les autres délinquances et incivilités qui nous pourrissent la vie.

 

                Serge Garde

 

 


Repost 0
Published by le LAB' - Laboratoire d'Actions pour Bezons - dans Sécurité
commenter cet article
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 12:22

La sécurité ? Une affaire trop grave pour être un enjeu politicien. La Droite, en échec dans tous les domaines y compris sur la sécurité, veut nous faire croire que notre société est saine et qu’elle est menacée sur ses marges. Les pauvres, les Roms, les immigrés, les jeunes des cités… La liste des boucs émissaires n’est jamais close. Mais ce diagnostic est faux !

Certes, notre vie quotidienne est souvent empoisonnée par des incivilités, des actes commis par des personnes en pleine dérive d’inadaptation ou d’exclusion sociale. Cette délinquance, bien visible, il faut la réprimer et la prévenir.

Mais il existe une autre délinquance, invisible celle-là, qui ruine le pays et qui fabrique massivement de l’exclusion sociale : la criminalité financière qui, elle, n’est pas combattue. Comme le poisson qui pourrit par la tête, notre pays est victime de la collusion entre le pouvoir et les lobbies patronaux et financiers. Corruption, spéculations éhontées, népotisme, clientélisme… Oui, lutter contre l’insécurité est indispensable. Encore faut-il lutter contre les deux criminalités, celle qui empoisonne la vie quotidienne et celle qui ruine le pays et la morale publique.

La Droite se focalise sur la première, pour masquer l’impudence et l’impunité de la haute finance, responsable de la crise actuelle. Seule la Gauche est potentiellement capable de lutter contre les deux criminalités. A condition de ne pas se coucher devant les puissances d’argent. Sans nier l’importance du combat contre les autres délinquances et incivilités qui nous pourrissent la vie.

Serge Garde
P.S. A lire aussi la revue de l'A.D.E.L.S. «  Territoires » n°513 qui traite de :
Lobbying, conflits d’intérêts, corruption : la France sous influences

Décapant !

Repost 0
Published by le LAB' - Laboratoire d'Actions pour Bezons - dans Sécurité
commenter cet article
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 10:55

Vendredi 8 octobre à 20H30 Salle Henri Weiler

(face à la mairie de Bezons)

 

 

En présence de Charlie BAUER, écrivain

Le Redresseur de clous

Une violence révolutionnaire

 

 

Animé par Serge GARDE

 

 

 

  BAUER

Repost 0
Published by le LAB' - Laboratoire d'Actions pour Bezons - dans Sécurité
commenter cet article
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 15:14

Serge Garde, adhérent du L.A.B. nous signale la sortie d'un essai aux éditions du Survenir :
 
             " Le crime paie "
 
Lettre ouverte à celles et ceux qui se désespèrent de voir la gauche galérer sur les questions d'insécurité
 
Serge nous invite au débat.
 
Son livre sera en vente à la fête de l'Humanité, au village du livre.
 
Vous pouvez le télécharger sur :
 
            http://survenir.unblog.fr/
 
Serge sollicite notre avis.
 
Le L.A.B. dans les prochaines semaines proposera une initiative.

Repost 0
Published by le LAB' - Laboratoire d'Actions pour Bezons - dans Sécurité
commenter cet article