Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du LAB'
  • Le blog du LAB'
  • : Laboratoire d'Actions pour Bezons (LAB'). Groupe de réflexion et d’action pour une ville toujours dynamique,solidaire et ouverte sur le monde
  • Contact

Recherche

16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 09:06

Bonjour,

 

Vous le savez : le tram, notre tram sera mis en fonction le lundi 19 novembre.

 

Comme c’est d’usage, les collectivités en charge préparent une cérémonie officielle d’inauguration. Toutefois, contrairement à ce qui a pu être annoncé ici ou là, Dominique Lesparre ne se rendra pas à cette inauguration. La raison est très simple : Bezons a été totalement ignorée dans l’organisation de ces festivités, alors que Jacques LESER, ancien maire de Bezons, a joué un grand rôle dans l’aboutissement de ce projet. Par ailleurs, les conseils généraux préfèrent célébrer l’arrivée du tram ailleurs qu’au terminus ( à Colombes !)

 

C’est pourquoi l'équipe municipale a décidé d'organiser une initiative 100% bezonnaise, qui rendra hommage à Jacques Leser et à tout ceux qui se sont battus pour que ce projet qui paraissait fou il y a 20 ans, devienne aujourd’hui réalité.

 


 

 

  im121116 tram

Repost 0
Published by le LAB' - Laboratoire d'Actions pour Bezons - dans Transport
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 12:31

Enfin ! Il arrive à Bezons, le tramway… Superbement caréné, silencieux, rapide, efficace, écologique…

Le 19 novembre à 10 heures du matin, la circulation des tramways T2 entre Bezons et la Défense s'interrompra. Elle était ouverte depuis l’aube. Place aux officiels. Les élus monteront dans le tram pour un voyage inaugural qui s’achèvera… à Colombes, dans le parc de l’île Marante. Sous un grand barnum, les exécutifs des Conseils régional et départemental se congratuleront et sableront le champagne. Toasts, discours, congratulations. Le « grand public » sera invité à fêter l’événement. Sauf que les usagers qui seront les usagers du tram seront à ce moment précis… au travail ! Ils sont invités, qu’importent qu’ils soient là ! Qu’importe si la fête n’est pas organisée dans la commune qui est à l’origine du projet de tram ! D’ailleurs, aucun maire ne pourra prendre la parole.
Le maire de Bezons, Dominique Lesparre a dénoncé et boycotté ce détournement d’événement. Il conviera les Bezonnaises et les Bezonnais le même jour, mais en soirée, à fêter le tram. Leur tram !
Car si le T2 franchit la Seine, c’est bien parce que des milliers de personnes à Bezons se sont mobilisés pour cet objectif. Une bataille de vingt années, à cheval sur deux siècles !
Une lutte initiée et longtemps animée par le premier magistrat de la ville, le regretté Jacky Leser. Le maire honoraire est décédé quelques mois avant la mise en service du tramway. Il aura, toutefois, eu la satisfaction de voir arriver la première rame du tramway à Bezons, pour des essais techniques, avant d’être emporté par la maladie…
Ce tramway pour lequel il avait tant œuvré, avec les élus de la majorité municipale… Jacky Leser aurait été le premier à relativiser son rôle dans ce combat : le tramway à Bezons, c’est d’abord la victoire des Bezonnais eux-mêmes. 

im 121106 tram

 

 

Repost 0
Published by le LAB' - Laboratoire d'Actions pour Bezons - dans Transport
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 18:28

  VSG

Le L.A.B' a organisé le 7 décembre dernier avec plusieurs acteurs économiques et institutionnels des transports, de l'aménagement et de l'urbanisme, un débat sur la question de la mobilité pour tous.

 

  De nombreuses questions ont été posées lors de ce débat, notamment :

  • Comment organiser de la manière la plus efficace possible les transports et leur accessibilité dans l'aménagement et le développement des territoires et à Bezons.

  • L'expérience de l'arrivée du T2 à Bezons illustre à la fois la dynamique de concertation qu'elle a suscitée et le dynamisme du développement qu'elle provoque.

 

Plus de 60 personnes ont participé aux 3 tables rondes animées par Julien Roirant, et présidées par Dominique Lesparre, Président du L.A.B.'

 

Parmi les intervenants, Roland Castro, urbaniste de renom avait tenu à être présent et a détaillé aux participants sa vision du « Grand 8 » proposé dans le cadre du Grand Paris.

 

Rencontre riche qui a permis d'envisager des pistes nouvelles de réflexion, parmi celles-ci, 2 thèmes principaux ont émergé:

  • Le désenclavement, la mobilité et les transports sont un enjeu prioritaire pour tous.

  • La politique des transports collectifs a un rôle majeur à jouer dans le renforcement des solidarités, dans une dynamique de concertation, dans la lutte pour la redéfinition des espaces urbanisés et le développement économique mais aussi pour agir contre la volonté gouvernementale de créer des ghettos sociaux.

 

En suscitant de telles rencontres, le L.A.B' propose et proposera aux habitants de la Ville de Bezons de contribuer par la réflexion, l'échange, les rencontres et la mobilisation à l'évolution et à l'amélioration du cadre de vie de notre Ville.

 

Repost 0
Published by le LAB' - Laboratoire d'Actions pour Bezons - dans Transport
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 18:44
 

Article paru dans L'Humanité - 2 septembre 2009 


Dossier: ILE DE France                                                                                 

___________________________________________________________

Edition de HUMANITE-QUOTIDIEN

 

Mercredi 2 Septembre 2009

Territoires

,

Grand Paris, l'Etat dirigiste fait un retour en force

 

Réforme. Revenant sur la décentralisation, le gouvernement entend créer « sa » société pour

régler, en direct, l'aménagement du territoire de l'Île-de-France.

 

 


Il y a les mots et il y a les actes. Les mots. Le 29 avril dernier, Nicolas Sarkozy déclinait sa vision du Grand Paris. À cette occasion, tout en affirmant son objectif de voir la métropole parisienne être concurrentielle au plan international et ses priorités, notamment en matière de transport, le président n'avait pas assez de mots pour dire son souci de construire cet avenir avec les élus des collectivités territoriales concernées. Jusqu'à proposer une agora des élus début 2010.

 

Les actes. Le 23 septembre Christian Blanc, secrétaire d'État, déposera sur la table du Conseil des ministres un projet de loi intitulé « Grand Paris ». Les articles de ce projet de loi sont édifiants. Ils témoignent de la volonté du pouvoir de revenir sur les principes de la décentralisation, qui donnaient toute leur place et leurs responsabilités aux élus locaux afin, que l'État prenne totalement la main sur l'aménagement du territoire de Grand Paris. La création, avec l'article 7 du projet de loi, de la « Société du Grand Paris » en est l'illustration. Cette société est mise en place pour réaliser le réseau de transport urbain, long de 140 kilomètres, qui ceinturera, en boucle, la capitale. Outre le fait que l'on peut s'interroger sur la création d'une telle société qui risque fort de marginaliser le Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF), géré par les élus de la région, la composition et les prérogatives de cette « Société du Grand Paris » ne peuvent qu'inquiéter.

 

Sa composition. L'État sera majoritaire et les collectivités locales seront présentes (article 8) « à hauteur de leurs contributions financières ». De fait, tenant compte des sommes à investir, seul le conseil régional et Paris pourront y accéder.

Ses prérogatives. Cette société pourra, de plein droit, aménager selon ses propres objectifs, et non plus ceux des élus des collectivités locales dont c'était, jusqu'alors, la prérogative, les terrains qui entoureront, dans un rayon de 1 500 mètres, la cinquantaine de gares du futur réseau de transport urbain. Même si le projet, devant les premières réactions des élus, ne précise plus le périmètre, le fait est, comme le souligne Christian Favier, président du conseil général (PCF) du Val-de-Marne, que « ces zones

autour des gares risquent de devenir des zones de non-droit permettant de livrer l'aménagement de la petite couronne à la spéculation financière, au bétonnage, accentuant les déséquilibres territoriaux », le tout en dehors du pouvoir d'intervention des populations et de leurs élus. Pour Jean- Yves Le Bouillonnec, maire socialiste de Cachan et président du syndicat mixte Paris Métropole, «c'est une démarche de passage en force qui remet en cause les compétences des élus en matière d'aménagement urbain, ce qui est inacceptable ». Claude Pernès, maire (NC) de Rosny-sous-Bois et président des maires d'Île-de-France (AMIF), tout en soulignant «l'urgence des problèmes à régler, transports, logements », est inquiet, souhaitant réunir au plus vite ses instances. Avec ce projet de loi, l'État règle le problème de la gouvernance du Grand Paris, en se donnant les moyens de gérer en direct l'aménagement du territoire, court-circuitant, de fait, la place et le rôle des élus territoriaux.


                                                                                                                                                                                             

Max Staat

 

Repost 0
Published by le LAB' - Laboratoire d'Actions pour Bezons - dans Transport
commenter cet article